Office de tourisme Sauldre & Sologne
Accueil du site > FR > Découvrir > Sauldre & Sologne > La Chapelle d’Angillon

La Chapelle d’Angillon

jeudi 19 mai 2011, par Admin

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [English] [français]

 

Ville natale d’Henri-Alban Fournier, dit Alain Fournier, auteur du Grand Meaulnes, roman le plus lu au monde.


Nul doute que l’environnement romantique exerça une influence sur l’imagination de l’auteur !

 


 

La tradition rapporte qu’un ermite grec nommé Jacques a construit au IXème siècle, un sanctuaire en bordure de rivière où il a déposé des reliques venues d’Italie. La renommée des miracles et prophéties attribués à l’ermite, qui est considéré comme un saint, incite la population à s’installer auprès du sanctuaire, et à former le premier hameau, qui prend le nom de Capella, toponyme attesté en 1075. Décédé le 19 novembre 865, l’ermite est inhumé dans la chapelle, où il est mort. Son tombeau attire les foules, qui viennent augmenter l’importance du village.

 

 

 

 

 

 

La famille de Seuly

 

Vers le XIème siècle, la famille de Seuly s’empare des lieux. Gilon de Seuly y construit le château et l’église primitive. Ses descendants développent la prospérité du bourg qui obtient en 1212 une charte de franchise. Gilon est alors considéré comme le principal fondateur de la ville qui prend son nom. Elle est ceinturée de murs et fossés et les parties hors des murs deviennent les faubourgs : le Petit Faubourg au nord, et le Bourcanteau à l’ouest. Vers 1262, une noblesse locale s’établit. En 1401, La Chapelle d’Angillon revient à la maison d’Albret par Marie unique héritière des Seuly.

 

 

 

 

Le Duc de Sully
 

Des affrontements ont lieu pendant les guerres de religion et l’église primitive est détruite. En 1605, la seigneurie appartient à Charles de Gonzagues, duc de Nevers, qui la vend à Maximilien de Béthune, duc de Sully, ministre d’Henri IV et fait partie alors de son duché-prairie. Sully fait édifier une nouvelle église hors des murs de la ville. La démolition des portes et la création de la route royale de Bourges entre 1762 et 1765, entraînent le déplacement de la population vers l’ouest. La disette de 1770 provoque beaucoup de décès dans le bourg.

 

La présence des ducs de Sully disparaît lors de la Révolution et le château passe entre plusieurs mains. Au XIXème siècle, la commune connaît la prospérité grâce aux activités agricoles et forestières. Un camp militaire est installé sur le territoire de la commune pendant la Seconde Guerre Mondiale. La Chapelle d’Angillon est bombardée le 18 juin 1940.

 

 

 

A voir

 

Le Château de La Chapelle d’Angillon qui abrite le musée Alain Fournier

L’Église Saint Jacques

Le lavoir

La Maison Natale d’Alain Fournier

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0